Sélectionner une page

Les ruines du temple Maya de Palenque. Un des personnages les plus connus de la civilisation Maya y résidait : Janaab’ Pakal, plus connu sous le nom de PACAL . ( mort en 612 )

 

Je voulais depuis longtemps visiter ce site. Apres avoir vu les pyramides de Teotihuacan à Mexico, les pyramides de Tulum, celles-ci etaient les prochaines sur ma liste…et il m’en reste beaucoup d’autres …

La première chose qui m’a marqué en arrivant à Palenque, est le fait que les habitants ont vraiment les traits des Mayas. Je me suis tout de suite senti dans le Mexique profond, en territoire Maya, et je me repassais mentalement les visages des acteurs du film Apocalypto, ( que vous devez voir ! ) à chaque rencontre … Je vais assez régulièrement au Mexique, c’est même peut-être un des pays que j’ai le plus visité, mais je ne m’étais jamais senti aussi proche de la vraie culture locale, des habitants d’origines, et j’ai été vraiment ravi d’apprendre que la-bas, leur culture avait perduré, et que beaucoup de locaux croient plus en LEUR dieux à eux, plutôt qu’en un barbu aux cheveux long né 3000 ans APRÈS la civilisation Olmèque ! …enfin bon..ne nous égarons pas …mes rêves d’enfants sur les Mayas, Incas ou Aztèques allaient prendre un peu vie dans ma vie d’adulte … J’ai grandi avec un livre contenant les histoires de la mythologie latino et sud américaine, aller voir les pyramides de Pacal etait un devoir !

J’ ai tout d’abord atterri à Villahermosa, ou Antonio et April m’attendaient pour aller à Palenque en voiture. Ils m’ont acceuilli avec une grande banderole « welcome Talamasca to the Mayan Land », et pendant le trajet de deux heures, à traverser la jungle sur la seule route possible pour rejoindre ses deux villes, il m’a expliqué, en Espagnol, sur fond de musique Trance au volume maximal, l’histoire de sa civilisation et de leur roi, Pacal … alors bon, mon espagnol est un peu rouillé , mais j’ai cru comprendre les grandes lignes, et étant intérressé, j’ai aussi fait mes petites recherches…et j’ai appris des choses assez surprenantes, pour ne pas dire hallucinantes !

La civilisation maya, on le sait, etait assez obsédee par l’or. Je ne savais pas vraiment pourquoi, je pensais que, comme partout ailleurs et de tout temps, c’etait parce que ce qui est rare est cher …mais il y a d’autres explications .

 

 

Un des temples du site archéologique de Palenque, au milieu de la jungle.

Landing in Villahermosa

Bon, J’aurai bien voulu écrire tout moi meme, mais il y a des choses que Wikipedia fait mieux que moi :

Les Mayas constituent un groupe culturel varié d’Amérindiens vivant dans le sud du Mexique et le nord de l’Amérique centrale (Guatemala, Belize, avec de petites minorités au Honduras et au Salvador). Les estimations de la population maya, dans cette zone, au début du XXIe siècle, varient entre 6 et 10 millions d’individus. Certains sont assez intégrés dans les cultures modernes des pays dans lesquels ils résident, d’autres continuent à mener une vie plus traditionnelle et distincte culturellement souvent en utilisant l’une des langues mayas comme langue principale.

Le terme général « Maya » est une désignation collective pratique pour inclure les populations de la région qui partagent un certain degré de patrimoine linguistique et culturel. Cependant ce terme englobe des peuples distincts, des sociétés et des groupes ethniques qui ont leurs propre tradition, culture et identité historique.

Le mot maya signifie maïs, céréale qui tient une place primordiale dans les mythologies précolombiennes et dans la vie quotidienne des Mayas au point qu’ils se sont désignés eux-mêmes comme les « hommes du maïs » depuis une très haute antiquité.

Durant le trajet, Antonio m’expliquait, comme je vous l’ai dit plus haut, en espagnol, l’histoire des mayas. Si je veux résumer en gros  ce que j’ai compris entre la traduction et la musique saturée de son auto-radio dans la voiture, c’est que les mayas pensaient venir d’une autre planète, qui croise l’orbite de la terre tous les 1500 ans, que leurs ancêtres faisaient trois mètres de haut, et qu’ils avaient une technologie assez avancée pour avoir fui leur planète quand celle-ci était proche de la notre, car ils mourraient sur leur planète. Bon, ça, j’étais a peu près sur d’avoir bien compris…ensuite, il m’a expliqué que sur leur planète d’origine, l’or était indispensable pour préserver l’atmosphère, et qu’ils sont venus sur Terre pour y chercher de l’or pour sauver leur planète…qu’ils devaient amasser le plus d’or possible ici pour revenir sur leur planète 1500 ans plus tard quand les deux orbites se recroiseraient…mais j’avoue avoir moins bien compris cette partie, j’ai donc fait mes petites recherches …et n’ai pas encore trouvé dans les légendes mayas quelque chose qui se rapproche à ce qu’Antonio m’a expliqué . Mais je continue à chercher, par curiosité …
Cependant, il y a beaucoup de légendes mayas dont beaucoup d’entre vous ont entendus parlé, par exemple avec l’album de TIP compilé par Raja-RAm : Les 13 crânes de cristal. ( j’avais participé avec mon morceau qui etait  » la cinquieme revelation »

La légende des 13 crânes de cristal.

Les Indiens d’Amérique se sont transmis cette légende de génération en génération pendant des milliers d’années : il existe de par le monde, treize anciens crânes de cristal, de la taille de crânes humains, aux mâchoires articulées, dont on raconte qu’ils parlent ou qu’ils chantent. Ces crânes, dit on, renferment d’importantes informations sur l’humanité, sur sa finalité et son destin, ainsi que les réponses à quelques-uns des grands mystères de la vie et de l’univers.

Cette légende assure que ces informations sont non seulement importantes pour l’avenir de la planète mais essentielles pour la survie même de l’espèce humaine. Un jour, si l’on en croit ces prophéties ancestrales, tous les crânes de cristal seront redécouverts et réunis pour que l’humanité puisse accéder à leur sagesse collective mais il faudra d’abord qu’elle ait suffisamment évolué, moralement et spirituellement afin de ne pas abuser de ce grand savoir.
(https://www.epochtimes.fr/mystere-crane-de-cristal-23402.html )

Le premier de ces crânes a été découvert par Anna Mitchell-Hedges en 1924 à Bélize. Elle était la fille de l’explorateur anglais Frederick Albert Mitchell-Hedges. Partie en expédition avec son père dans l’ancienne cité Maya, elle eut envie de monter sur la plus haute des pyramides pour en apprécier la vue. Pour reprendre ses termes « le soleil tapait dur, très dur », et elle remarqua quelque chose qui l’éblouissait particulièrement venant d’une fissure de la pyramide. Elle alerta son père et c’est ainsi qu’ensemble, ils découvrirent un crâne de cristal. Mais cette version fut contestée par la suite. Certains prétendirent que Frederik Albert Mitchell Hedges l’avait acquis dans une vente aux enchères.

Les Mayas, qui vivent simultanément, mais plus à l’est dans le bassin du Golfe du Mexique, entretenaient un large réseau commercial (Golfe du Mexique et Caraïbes) avec des cités relativement lointaines et maîtrisaient la navigation sur mer (port de Tulum). Dans leur système économique, les fèves de cacao et des clochettes cuivrées formaient l’essentiel de leur monnaie. Le cuivre, mais surtout l’or, l’argent, le jade étaient des matériaux utilisés dans les arts décoratifs. Armes, bijoux, parures, statuettes, forment l’essentiel de leur production. L’usage de l’or est intimement lié, comme dans toutes les autres civilisations amérindiennes, à leur religion et aux rites funéraires. Les artisans mayas tissent également le coton.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial